HE OUI ,LES VACANCES SONT FINIES !!!!

MAIS PAS AVEC LES FLAMBOYANTES , UNE NOUVELLE ANNEE RUGBYSTIQUE COMMENCE: DE L'EFFORT,DE LA PERSEVERENCE

DES NOUVELLES PARTENAIRES, DU CHARME ET DE LA COMBATIVITE, TOUT EST REUNI AVEC LES FLAMBOYANTES !!!!!!'

Reprise de la saison feminine de rugby !!

N'hesitez pas , venez !!! les entrainements se feront le mercredi et vendredi à 18 h 30  sur le stade du Robert !! 

 plus d infos 0696 17 88 99

 

Suite au renouveau du rugby à XV féminin qui débute dans les années 1980, cette discipline peut organiser des compétitions calquées sur le modèle masculin avec des championnats nationaux, des épreuves internationales régionales et mondiales d'équipes nationales. En Europe, ce mouvement est encadré par les fédérations nationales tandis qu'aux États-Unis, c'est le sport scolaire et universitaire qui rend possible cette évolution. Disposant d'une base de joueuses considérable de plusieurs milliers de pratiquantes, il est logique de voir émerger une équipe nationale américaine de premier plan qui remporte la première Coupe du monde en 1991 (non officielle).

 

L'Europe et l'Australasie ne restent pas inactives, mais décident d'appliquer les mêmes schémas que ceux suivis par les pratiquants masculins. Les fédérations mettent ainsi en place des compétitions nationales dont le niveau s'élève progressivement, puis intègrent à leurs sélections nationales une composante féminine. L'Angleterre, vainqueur de la Coupe du monde 1994 et trois fois championne d'Europe avec le grand chelem en 20062007 et 2008, et plus encore la Nouvelle-Zélande, quatre fois championne du monde lors des quatre éditions officielles, dominent le rugby à XV féminin cette dernière décennie. Le Canada en Amérique du Nord, ou la France en Europe, font bonne figure.